lancellvprix

Eckard, et avant lui leCicerone de Versailles, sur l'origine de ce bâtiment, c'est le nom dePavillon royal, qu'on lui supposait venir du séjour qu'y aurait faitanciennement Louis XIII, tandis que les pièces citées prouvent que cenom lui a été donné au moment de sa construction par la veuve Hérault,probablement pour le distinguer des hôtels des grands seigneurs quil'environnaient de tous côtés.Il reste donc établi, par tout ce qui précède, que Louis XIII avait unehabitation, à Versailles avant l'année 1627, date à laquelle l'abbéLebeuf fait remonter la vente du fief de Jean de Soisy; que cettehabitation, n'est point le Pavillon royal, ainsi que le croyaitl'auteur des Recherches sur Versailles; et qu'alors il faut bien enrevenir à l'opinion de Blondel, établissant comme certain que, dèsl'année 1624, Louis XIII avait commencé à y bâtir un rendez-vous dechasse, qu'il avait élevé sur le lieu le plus éminent, et où était situéci-devant, un moulin à vent.Quant à la date de 1632, Louis XIII ne devint véritablement seigneur deVersailles qu'à cette époque, en achetant de l'archevêque de Paris laterre et seigneurie de Versailles.Louis XIII aimait beaucoup Versailles; il y prolongeait ses séjourspendant la saison des chasses; aussi le Rendez-vous devint unehabitation qui alla en s'agrandissant jusqu'à la fin de son règne.Ce château, construit par Lemercier, architecte, du roi, était flanquéde quatre pavillons bâtis de pierres et de briques, avec un balcon defer tournant tout autour, et dégageant les appartements du premierétage. Suivant l'usage de ce temps, quelques moyens de défense lemettaient à l'abri d'un coup de main.Une fausse braie ou basse enceinte l'entourait et était précédée d'unfossé à fond de cuve, revêtu de briques et de pierres de taille, terminépar une balustrade. Vanessa Brunos pas cher soldes
Ce petit édifice était environné de bois, de plaineset d'étangs, dont la nature faisait seule les frais[9].Tel était encore le château de Louis XIII, lorsque, au mois de novembre1630, s'y passa le curieux événement qui porte dans l'histoire le nom dejournée des Dupes.Ce fut le seul événement politique de quelque importance qui eut lieudans le château de Versailles pendant le règne de Louis XIII; il estdonc intéressant de s'y arrêter un moment, d'autant plus qu'il va servirà faire reconnaître quelques-unes des distributions du château à cetteépoque.Dans le mois de septembre 1630, Louis XIII venait de diriger surl'Italie une armée considérable: «Toutes les troupes avaient passé parLyon, et le roi les avait voulu voir l'une après l'autre. S'y trouvantbeaucoup de soldats bien nouveaux et mal façonnés au métier, pour lesmieux former, il montrait à quelques-uns comment il fallait porter etmanier les armes, y prenant un singulier plaisir. Il ne s'occupait pas àceci, néanmoins, sans beaucoup de travail, s'y adonnant pendant lachaleur du jour le plus souvent, et pendant les pluies et le mauvaistemps. Le vingt-deuxième jour du mois de septembre, sur les deux àtrois heures après midi, ayant été toute la matinée bien gai, il sesentit attaqué d'un frisson qui fut suivi d'une fièvre continue, avecdes redoublements chaque nuit, qui donnèrent à ses gens de bien grandesappréhensions, sans qu'on lui fît connaître que la fièvre dont il étaitatteint fût si maligne[10]. Vanessa Brunos pas cher pliage » La maladie du roi allait toujours enaugmentant; les médecins en désespéraient, et avaient même dit qu'il nepasserait pas le 30 septembre. A chaque instant on croyait le voirexpirer, lorsque Sénéles, médecin du commun de la reine, proposa delui administrer un remède qui, disait-il, devait, en moins de quatreheures, ou sauver le roi ou le faire périr. «Les deux reines, ditValdori[11], qui raconte ce fait, voyant l'une son fils, l'autre sonépoux sans espérance, et entièrement abandonné des médecins,consentirent à faire l'épreuve, laquelle réussit si heureusement que cemonarque, déjà à demi mort, revint dans peu en convalescence[12].»La reine Anne d'Autriche était depuis longtemps fort en froid avec LouisXIII; les soins qu'elle lui rendit dans le cours de sa maladie avaientamené entre eux une espèce de réconciliation. Anne en profita pourseconder sa belle-mère, Marie de Médicis, dans la guerre que celle-ciavait déclarée au cardinal de Richelieu. On ne laissa pas respirer leroi pendant sa pénible convalescence. Les deux reines profitèrent de safaiblesse, l'étourdirent de violentes accusations contre Richelieu, qui,selon elles, n'avait entrepris cette guerre que pour se rendrenécessaire, et avait ainsi sacrifié la santé et la vie du roi à sonambition; Louis XIII ne trouva d'autre moyen de se débarrasser desobsessions de sa mère qu'en lui promettant de prendre un parti définitifaprès son retour à Paris. Vanessa Bruno sac a main soldes
Le roi ne tarda pas à quitter Lyon. «Il en sortit sur un brancard, ditCh. Bernard[13], pour aller prendre la rivière à Rouane, d'où ilarriva en peu de temps à Briare et de là à Versailles, maison qu'ilavait fait bâtir à quatre lieues de Paris et à deux lieues deSaint-Germain-en-Laye. «Elle était petite, pour n'y admettre que peu degens et n'être point troublé dans le repos qu'il cherchait loin desimportunités de la cour, et afin d'être plus libre dans l'exercice deses chasses, lorsqu'il s'y voulait adonner.» Il fut là quelque temps etalla après à Saint-Germain, ne pouvant loger dans son Louvre à Paris,d'autant que l'on travaillait à la grande salle, dont jusqu'alors leplancher n'avait été construit que de poutres et de solives, quioffraient si peu de sûreté que lorsqu'on s'y réunissait l'on étaitobligé d'y mettre des étais, et que Sa Majesté avait ordonné deremplacer par des voûtes en pierre.»A peine arrivée à Paris, Marie de Médicis recommence ses instancesauprès du roi, pour faire éloigner le cardinal. Louis oppose une viverésistance aux importunités de sa mère, et insiste sur le besoin qu'il ades services de Richelieu.


评论