lancellvprix

Mais ce doit être aussi une chose bien désagréable d'être prince. Leurnom les opprime autant qu'il les soutient. Ces respects qu'on leurrend, ils ne savent point s'ils s'adressent à leur sang ou à leurpersonne. S'ils ont leurs orgueils que nous ne connaissons pas, il estaussi des fiertés dont ils ne pourront jamais goûter la joie d'une âmeparfaitement tranquille. Quel que soit l'éclat de leurs méritespersonnels, on ne le distingue jamais nettement de celui qu'ils tirentde leur naissance. S'ils sont d'une Société savante, ils ne saurontjamais au juste si c'est pour leurs livres ou pour leur nom. Ils sontles moins libres des hommes. oculos oakley modelos
Il y a tels sentiments qu'ils doiventavoir, telles opinions qu'ils doivent professer, et cela quand mêmedans leur for intérieur ils en auraient de toutes différentes. Maiscela même ne leur est guère possible, et le plus souvent lesconvenances impérieuses de leur position façonnent jusqu'à leurspensées intimes. Les limites dans lesquelles leur sens propre peuts'exercer et se mouvoir publiquement sont fort étroites, et, commecette contrainte est inséparable de leur grandeur et même la préserve,ils s'y résignent facilement ou plutôt n'ont point à s'y résigner, carils ne la considèrent pas comme une contrainte. Mais en réalité, etquoiqu'ils ne s'en aperçoivent pas toujours, ils sont véritablement,corps et âme, les esclaves de leur nom. Cette servitude énormes'ajoute pour eux aux servitudes qui pèsent toujours sur les jugementshumains.Ce n'est guère que sur les moeurs qu'ils pourraient s'accorder quelqueliberté, et jadis ils laissaient volontiers leur corps prendre larevanche des esclavages de leur esprit; mais beaucoup d'entre eux serefusent aujourd'hui cette consolation.--Ils vivent enfin dans unmonde très restreint; ils ne se trouvent de plain-pied qu'avec un trèspetit nombre d'hommes: ils ne peuvent donc connaître les hommesqu'imparfaitement. oculos gascan oakley Ils ne les voient pour la plupart que sous un angletrès particulier et très étroit, et dans une attitude de respect ou dedéfiance. Un prince ne peut pas vivre en pleine mêlée humaine, vivredans la rue, aller où il lui plaît, frayer tranquillement avec desgens de toute classe. Presque partout il gêne ou est gêné.--Un princene peut, à vingt ans, publier des vers. Il n'a ni la liberté ni lesmoyens d'écrire des romans naturalistes, impressionnistes,pessimistes, analytiques ou autres. Il ne peut faire de la critique.Le malheureux ne peut écrire que sur l'économie politique ou surl'histoire diplomatique ou militaire, et là encore il n'a jamais sescoudées franches. lentes oculos oakley
Oui, cela est triste d'être prince. On vit et on meurt isolé del'immense humanité. On ne voit guère, de la grande comédie, que desfragments arrangés. On n'a de visions un peu curieuses, on ne découvreà plein les hommes qu'en temps d'émeute et de révolution. En somme,s'il est vrai, comme je le pense, que la vie la plus digne d'êtrevécue est celle qui nous permet de connaître l'humanité à tous sesétages, sous tous ses aspects, par tous ses côtés pittoresques et danstous ses recoins moraux, le mieux est d'être né du peuple, et du pluspetit. Car d'abord c'est le seul moyen de voir de près les moeurs, lessentiments, les âmes des humbles et la lutte pour l'existence sous sesformes les plus simples et les plus tragiques. On voit ainsi la vie ànu et l'on se fait un coeur compatissant.


评论