lancellvprix

Et il avait planté le jardin d'Éden (antérieurement ou à l'Orient); il y plaça l'homme. Au milieu du jardin était l'arbre de vie et l'arbre de la science du bien et du mal. Et du jardin d'Éden sortait un fleuve qui se divisait en 4 têtes appelées le Phison, le Gihoun, le Tigre et l'Euphrate. «Et Iahouh-les-dieux[131] dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; et il lui envoya un sommeil, pendant lequel il lui retira une côte, de laquelle il bâtit la femme, etc., etc.»#/Si un tel récit nous était présenté par les brahmes ou par les lamas, ilserait curieux d'entendre nos docteurs contrôler ses anomalies. «Voyez,diraient ils, quelle étrange physique! Supposer que la lumière existeavant le soleil, avant les astres, et indépendamment d'eux; et ce quiest plus choquant, même dans le langage, dire qu'il y a un soir et unmatin, quand le soir et le matin ne sont que l'apparition oudisparition de l'astre qui fait le jour! Et ce vide produit au milieudes eaux, qui suppose qu'au-dessus du ciel visible, il y a un amasd'eaux subsistant! aussi cette physique nous parle-t-elle descataractes du ciel ouverte au déluge; et l'un de ses interprètes necraint pas de nous dire que la voûte du ciel est de cristal[132]. black Friday sac
Etcette terre sans pluies, sans nuages, par conséquent sans évaporation,ayant une seule source qui arrose sa face! et cet homme créé tout seulet cependant mâle et femelle! en vérité ces Indous avec leursShastras et leurs Pouranas nous font des contes arabes.»Nous le pensons comme nos docteurs; mais parce que ce côté de laquestion est jugé pour tout esprit de sens rassis et non imbu despréjugés de l'enfance, nous allons nous borner à considérer le côtéallégorique, et à développer le sens. Tout lecteur aura été choqué denotre traduction les dieux créa; néanmoins telle est la valeur dutexte, de l'aveu de tous les grammairiens. Pourquoi ce plurielgouvernant un singulier? parce que le rédacteur juif, pressé par deuxautorités contradictoires, n'a vu que ce moyen de sortir d'embarras.D'une part, la loi de Moïse proscrivait la pluralité des dieux; d'autrepart, les cosmogonies sacrées, non seulement des Chaldéens, mais depresque tous les peuples, attribuaient aux dieux secondaires, et non àce grand Dieu unique, l'organisation du monde. Le rédacteur n'a oséchasser un mot consacré par l'usage. Ces Elahim étaient les décansdes Égyptiens, les génies des mois et des planètes chez les Perses etles Chaldéens, génies-dieux cités sous leur propre nom par l'auteurphénicien Sanchoniaton; lorsqu'il dit: les compagnons d'Il ou El quiest Kronos (Saturne), furent appelés Eloïm ou Kroniens[133] et onles disait les égaux de Kronos. sac vanessa bruno ebay Or Kronos ou Saturne est, comme on sait, l'emblème du temps, mesurépar la planète de ce nom: ses égaux furent donc naturellement des géniesde la même espèce. La lettre h manquant à l'alphabet grec, le motEloïm a rendu le mieux possible le phénicien arabe Elahim, plurielhébreu de Elah, Dieu. Mais pourquoi leur attribuait-onl'organisation ou la création du monde? Par la raison simple etnaturelle que le monde dans son sens primitif, fut le grand orbe descieux, et spécialement l'orbe ou cercle du Zodiaque. Or, comme àpartir de l'équinoxe du printemps les êtres terrestres, engourdis etcomme morts pendant l'hiver, prenaient une vie nouvelle; que laproduction des feuilles, des fleurs et de tout le règne végétal semblaitêtre une véritable création, les génies qui présidaient à chaque signedu Zodiaque furent considérés comme les auteurs et moteurs de tout cemouvement de vie; et parce que cette période de vie, d'abondance et dedélices, ne durait que jusqu'à l'équinoxe d'automne, la création futdite ne durer que six mois, qui, par d'autres équivoques, ont étéappelés dans les diverses cosmogonies tantôt des jours, tantôt desmille, etc.Avec le progrès des connaissances, les astronomes physiciens ayantconsidéré le monde sous un point de vue plus vaste, des espritssubtils raisonnèrent sur l'origine de tous les êtres visibles; et alorsnaquirent ces systèmes plus ou moins extravagants qui de l'Inde et de laChaldée passèrent dans l'ancienne Grèce, et qui, commentés parPythagore, par Thalès, par Platon, par Zénon, par Aristote, ont donnénaissance à d'autres systèmes que l'on peut appeler des déliresorganisés. Quant au mot création, pris dans ce sens de produire derien, de tirer du néant des substances solides et sensibles, il estdouteux que cette idée abstraite, due à l'exaltation des cerveauxjeûneurs des pays chauds, ait été connue ou reçue par les anciens juifs;ce qu'il y a de certain, c'est que le mot bara, traduit par (lesdieux) créa, ne comporte point ce sens, puisqu'on le trouve enbeaucoup d'occasions employé comme dans le sens de fabriquer, former:nous en avons trois exemples dans le morceau cité, où il est dit queDieu créa l'homme à son image, qu'il les créa mâle et femelle, etc. Lelimon rouge dont l'homme fut formé existait; et la distinction du sexen'est qu'une disposition de la matière déja formée: il n'y eut doncpoint là une création dans le sens de tirer du néant, de produirequelque chose avec rien. vanessa bruno solde


评论