lancellvprix

Cet effet, elle avait cherché à le produire, ellel'espérait. Il se réalisait au-delà de ses désirs. Elle avait lieud'être satisfaite.D'un oeil exercé, elle étudiait le jeune prince qui attendait dansune attitude pleine de dignité, ni trop humble ni trop fière. Cetteattitude, pleine de tact, la mâle beauté du jeune homme, son élégancesobre, dédaigneuse de toute recherche outrée, le sourire un peumélancolique, l'oeil droit, très doux, la loyauté qui éclatait sur tousses traits, le front large qui dénotait une intelligence remarquable,enfin la force physique que révélaient des membres admirablementproportionnés dans une taille moyenne, Fausta vit tout cela dans un coupd'oeil, et, si l'impression qu'elle venait de produire était tout àson avantage, l'impression qu'il lui produisait, à elle, pour êtreprudemment dissimulée, ne fut pas moins favorable.De cet examen très rapide, qu'il soutint avec une aisance remarquable,sans paraître le soupçonner, le Torero se tira tout à son avantage. ChezFausta, la femme et l'artiste se déclarèrent également satisfaites. sac hermes solde
Tout le plan de Fausta dépendait de la décision qu'allait prendre leTorero. Cette décision elle-même dépendait de l'effet qu'elle produiraitsur lui.Qu'il se dérobât, qu'il refusât de renoncer à son amour pour la Giralda,et ses plans se trouvaient singulièrement compromis.L'oeuvre n'était pas irréalisable pourtant, du moins elle l'espérait.Et, quant à sa difficulté même, pour une nature combative comme lasienne, c'était un stimulant.Quant à la Giralda, qui pouvait être sa pierre d'achoppement, on a déjàvu qu'elle avait pris une décision à son égard. C'était très simple,la Giralda disparaîtrait. ceinture hermes Si puissant que fût l'amour du Torero, il netiendrait pas devant l'irréparable, c'est-à-dire la mort de lafemme aimée. Il était jeune, ce Torero, il se consolerait vite. Et,d'ailleurs, pour activer sa guérison, elle avait une couronne à luidonner.Fausta ne connaissait qu'un seul être au monde capable de rester froiddevant d'aussi puissantes tentations: Pardaillan.Mais Pardaillan n'avait pas son pareil.Oui, l'oeuvre de séduction serait difficile, mais non pas impossible.Elle mit donc en oeuvre toutes les ressources de son esprit subtil,elle fit appel à toute sa puissance de séduction, et, de cette voixharmonieuse, enveloppante comme une caresse, elle demanda:--C'est bien vous, monsieur, qu'on appelle don César?Le Torero s'inclina en signe d'assentiment. hermes recrutement
 --Vous aussi qu'on appelle El Torero?--Moi-même, madame.--Vous ne connaissez pas votre véritable nom. Vous ignorez tout de votrenaissance et de votre famille. Vous supposez être venu au monde, voicienviron vingt-deux ans, à Madrid. C'est bien cela?--Tout à fait, madame.--Excusez-moi, monsieur, si j'ai insisté sur ces menus détails.Je tenais à éviter une erreur de personne, qui pourrait avoir desconséquences très graves.


评论